Communiqué de presse

Maggie De Block prend une série de mesures relatives aux médicaments à base de valproate

BRUXELLES, le 28/02/2017.- Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, a pris des mesures suite aux questions posées au sujet des médicaments contenant la molécule de valproate. Les médicaments à base de valproate peuvent entre autres causer des anomalies congénitales chez l'enfant lorsqu'ils sont utilisés pendant la grossesse.

La ministre De Block a chargé son administration d'élaborer une campagne d'information au sujet de l'emploi des médicaments chez les femmes enceintes ou en âge de procréer. Elle a également demandé à examiner en détail la possibilité d'apposer un pictogramme sur les médicaments à base de valproate.

Maggie De Block : "Je comprends le chagrin et la colère des parents qui s'interrogent quant à l'utilisation de médicaments contenant du valproate pendant la grossesse. Ma priorité est d'éviter à présent que ce genre de tristes situations ne puissent se répéter."

Début juillet 2016, la ministre avait sollicité l'avis de la Commission pour les médicaments à usage humain de l'AFMPS, l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé, concernant l'apposition d'un pictogramme sur les médicaments tératogènes, comme par exemple ceux contenant du valproate.

Sur la base de cet avis, la ministre a élaboré une série de mesures :

Campagne d'information : L'AFMPS a été chargée d'élaborer une campagne d'information concernant l'emploi des médicaments chez les femmes enceintes et les femmes en âge de procréer. Il s'agit d'une campagne qui devra être menée chaque année, étant donné que de nouvelles femmes, jeunes et plus âgées, sont concernées à chaque fois. Cette campagne vise à diffuser le message suivant : si vous prenez des médicaments pendant votre grossesse, parlez-en à votre médecin et à votre pharmacien et lisez la notice.

Pictogramme : Afin d'atteindre un maximum de personnes qui utilisent des médicaments à base de valproate, il est examiné s'il est possible d'apposer un pictogramme sur tous les médicaments qui contiennent cette molécule.

Une concertation est prévue à ce sujet, notamment avec les autorités françaises qui ont décidé d'instaurer une telle mesure. La ministre De Block : "Nous voulons d'abord voir quel matériel informatif et éducatif sera mis en place en France, quelles y sont les bonnes pratiques et où se situent les éventuels obstacles pour l'apposition d'un tel pictogramme."

Agenda européen : Enfin, la ministre belge de la Santé publique souhaite mettre l'approche à suivre pour les médicaments tératogènes, et plus particulièrement ceux à base de valproate, à l'ordre du jour au niveau européen, et ce, afin d'arriver à une communication cohérente au sein de l'ensemble des États-membres