Communiqué de presse

Les interventions rapides après les attentats ont sauvé des vies

BRUXELLES, le 23/03/2016.- À la suite des attentats du 22 mars 2016 survenus à l’aéroport de Bruxelles-National et dans la station de métro Maelbeek, 61 patients se trouvent toujours aux soins intensifs, ce qui indique la gravité de leurs blessures. De nombreux blessés graves sont encore en vie grâce aux interventions rapides et efficaces des services de secours en plus de la bonne organisation instaurée par les hôpitaux. Ceci ressort des informations du Service Public Fédéral Santé publique.

Le nombre de personnes décédées reste de 31 (chiffre provisoire !).

Jusqu’à présent, les attentats ont fait environ 300 blessés (chiffre provisoire !), dont 150 sont actuellement encore hospitalisés. 61 patients se trouvent aux soins intensifs. Concernant les blessures graves, il s’agit le plus souvent de brûlures, parfois accompagnées de blessures de guerre comme des lésions liées à une puissante explosion (blast injuries) et à la pénétration par fragments métalliques.

Les hôpitaux ont aujourd’hui encore reçu un certain nombre de victimes qui étaient  d’abord rentrées à la maison mais qui se plaignent maintenant de problèmes d’audition causées par les puissantes explosions.

Les blessés sont soignés dans plusieurs hôpitaux répartis dans 9 provinces belges. Il s’agit d’hôpitaux universitaires et régionaux ainsi que d’institutions spécialisées, comme les centres des brûlés de la Région de Bruxelles-Capitale, d’Anvers, du Brabant wallon, du Hainaut, de la Flandre orientale, de la Flandre occidentale, de Liège et du Limbourg.

Ce mercredi 23 mars en fin d’après-midi, quatre patients n’avaient pas encore été identifiés étant donné qu’ils sont dans le coma ou qu’ils sont maintenus en coma artificiel. C’est pourquoi il faudra encore du temps avant de pouvoir définitivement identifier certaines personnes.

Afin d’aider les blessés étrangers et leur famille au maximum,  le département des Affaires étrangères est en contact avec les ambassades étrangères à Bruxelles et de l'information est systématiquement transmise. Les blessés sont de plus de 40 nationalités différentes.

Après les attentats, environ 2.200 passagers non blessés ont bénéficié d’une aide et d’un hébergement en attendant qu’une solution ne soit trouvée pour eux par les compagnies aériennes. D’ici ce mercredi 23 mars soir, environ 800 personnes séjourneront sans doute encore dans des centres d’accueil.