Communiqué de presse

Durée du séjour hospitalier lors d’un accouchement

BRUSSEL, 02/12/2016.- Beaucoup de fausses informations au sujet de la durée du séjour à l’hôpital des jeunes mamans ont récemment circulé dans les journaux, à la tv et sur les réseaux sociaux . Voici un aperçu des faits :

  • La ministre De Block n’a pas raccourci la durée de séjour en maternité à 3 jours.
  • La durée réelle d’hospitalisation de la maman et de son bébé est une décision prise par le médecin, qui se fait en coordination avec la sage-femme et la mère elle-même.
  • Un ministre n’a jamais eu le pouvoir de décider combien de temps un patient pouvait rester à l'hôpital.
  •  Il est important de faire une distinction entre 2 dossiers différents :
  1. les projets pilotes qui portent sur les accouchements avec séjour hospitalier écourté
  2. le financement des séjours hospitaliers en général, qui n’est pas spécifique aux accouchement

Les projets pilotes

  • Pour les accouchements en particulier, on observe que la durée moyenne de séjour à l’hôpital est plus élevée en Belgique que dans de nombreux autres pays.
    Les données reprises dans le  « Health at a glance 2016 » de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques montrent que la durée moyenne européenne du séjour hospitalier pour les accouchements sans complications était de 3,2 jours en 2014. En Belgique, ce chiffre s’élevait à 3,8 ; à 2,4 en Espagne et à 2,3 en Suède.
  • Il ressort de différentes études menées dans d'autres pays avec des durées de séjour plus courtes, qu'un séjour hospitalier plus court n'a pas d'incidence négative sur la satisfaction des mamans ni sur la santé de l'enfant et la mère, à condition d’offrir un soutien adapté aux mamans après l’accouchement.
    Il s’agit par exemple d’un accompagnement supplémentaire à domicile offert par le médecin généraliste, la sage-femme, les infirmiers , l’aide à la maternité, l’ONE, etc.). Les visites à domicile par la sage-femme peu de temps après la naissance sont en effet entièrement remboursées par l'assurance maladie-invalidité.
  • L’accord de gouvernement de 2014 stipule que « nous voulons éviter des séjours hospitaliers inutilement longs » et après la présentation du plan d’approche de la réforme du financement des hôpitaux, nous avons reçu un feedback très positif du secteur. Celui-ci a montré qu’un accouchement avec séjour hospitalier écourté était un thème évident pour le secteur
  • Partant de ces constats, la ministre a sélectionné  fin février 2016 sept projets pilotes visant à optimaliser l'organisation des soins pour la mère et son bébé,  avant, pendant et après le séjour à l'hôpital (équipe multidisciplinaire impliquée dans les soins périnatals, plan d’accompagnement, etc.)
  • L'objectif principal des projets pilotes est d’augmenter autant que possible la satisfaction des femmes par rapport à la qualité des soins à l’hôpital et à domicile. Un deuxième objectif est que les budgets des hôpitaux disponibles soient affectés de manière encore plus efficiente.
  • Les sept projets pilotes retenus s’organisent autour des hôpitaux suivants
  1. Bruxelles : Cliniques universitaires Saint-Luc
  2. Bruxelles : CUB Erasme/UZ Brussel
  3. Gand: AZ Jan Palfijn Gent - AZ Maria Middelares Gent - AZ St-Lucas Gent -  UZ Gent
  4. Liège : CHU de Liège – CH du Bois de l'Abbaye et de Hesbaye – CHR La Citadelle
  5. Louvain: UZ Leuven – Heilig-Hart ziekenhuis Leuven (Regionaal Ziekenhuis Tienen dans une 2e phase) –  Algemeen ziekenhuis Diest
  6. Mons : CHR Mons-Hainaut
  7. Sint-Niklaas : AZ Nikolaas

Les projets pilotes durent deux ans et feront l’objet d’une évaluation annuelle, qui permettra de déterminer si des adaptations doivent être opérées. 

Au terme de cette période de 2 ans, le gouvernement examinera quels aspects des projets seront introduits plus largement. 

Le financement des séjours hospitaliers

  • En Belgique, les hôpitaux sont essentiellement  financés par le Budget des Moyens Financiers (BMF), les remboursements INAMI et via le financement à charge du patient. Le BMF est un budget qui est en grande partie calculé de manière forfaitaire. 
  • Le financement des séjours hospitaliers s’effectue sur la base de durées d’hospitalisation moyennes au niveau national. C’est le cas pour un accouchement, mais aussi pour tous les groupes de pathologie.
  • Concrètement, cela signifie qu’un budget national est disponible et qu’il est réparti entre les hôpitaux en fonction de leur activité justifiée pour couvrir les coûts en matière de personnel soignant et infirmier et de produits médicaux. Un hôpital est donc uniquement financé pour les journées (séjours, admissions) qui sont justifiées
    L’activité justifiée est calculée en additionnant la durée de séjour dans tous les hôpitaux, qui est ensuite divisée par le nombre de patients admis à l’hôpital , afin de parvenir ainsi à une moyenne nationale.
  • Chaque hôpital est financé sur la base de son nombre d’admissions, pondéré  en fonction de la durée moyenne nationale de séjour par groupe de pathologie et tenant également compte de la gravité de l’état du patient. 
    Si la durée moyenne de séjour à l’hôpital pour un groupe déterminé de patients est plus courte que cette moyenne nationale, c’est avantageux pour l’hôpital (car l’hôpital reçoit du financement pour plus de jours d’hospitalisation que ceux qui ont réellement eu lieu). Si la durée moyenne de séjour pour un groupe de patients est plus longue que la moyenne nationale, c’est désavantageux pour l’hôpital.             
  • On observe déjà depuis de nombreuses années une tendance naturelle à la baisse de la durée de séjour moyenne nationale, et cela pour tous les groupes de pathologies. Cette tendance est également visible dans d’autres pays. Cela s’explique entre autres par les changements technologiques , l’utilisation de techniques moins invasives, etc.
  • Les séjours hospitaliers lors d’un accouchement  sont aussi plus courts : 3,82 jours en 2014 contre 4,15 jours en 2010 pour les accouchements par voie basse sans complications et 5,29 jours en 2014 contre 5,78 jours en 2010 pour les césariennes .

 

2010

2014

Accouchement par césarienne (sans complications)

5,78

5,29

Accouchement par voie vaginale

(sans complications)

4,15

3,82